Tous aux urnes !

photo-a-venir-400x369

L’Eurobowl suédois achevé il y a tout juste un mois, l’heure est déjà aux élections pour l’équipe de France 2017. Lors des quinze prochains jours, chaque coach ayant participé à au moins un tournoi du championnat de France 2016 pourra s’il le souhaite donner sa voix à l’un des nombreux candidats cette année.

Une fois le sélectionneur/capitaine/projet élu, il sera temps de connaître les huit représentants de l’équipe nationale française pour Porto.

Qui succédera à Karaak ? Quelle orientation souhaite prendre la communauté pour son équipe ? Quel candidat parviendra à fédérer et unir sous une bannière commune ? Autant de questions qu’il est possible de se poser durant cette période tumultueuse du Blood Bowl français.

Si vous hésitez toujours sur la décision à prendre et qu’il est difficile de placer tel ou tel bulletin dans l’urne, voici un rapide tour des forces en présence :

Acryosis, sélectionneur puis transmet le flambeau au capitaine,

Belette, Général Manager – non joueur – Vainqueur,

Blood Bowl Anonymous, capitaine, joueur et le reste,

FXIII, sélectionneur joueur ou non,

Karaak, sélectionneur non-joueur,

Nate River, régionalisation,

Nicodaz, EDF Manager, nouvelle version,

Nîme l’ancien, sélectionneur non-joueur,

Papyharzen, le style Domenech,

Pilaf, sélectionneur non-joueur,

Tulkas, sélectionneur joueur, le choix raisonnable.

Le vote se passe sur la plateforme Balotilo et est géré par les RTC Buck’s et Galanthil. En cas de difficulté pour exercer votre droit de vote, faites vous connaître rapidement.

Que le meilleur gagne et n’oublions pas l’essentiel, allez les Bleus !

Le sélectionneur dresse son bilan

549773edflogofinal

De retour de congés après une belle semaine en Suède, c’est la tête reposée et froide que je viens dresser le bilan de mon année en tant que sélectionneur de l’équipe de France de Blood Bowl. La déception passée, c’est avec un certain recul que je souhaite revenir sur mon mandat et plus particulièrement les trois points suivants : le « sportif », la communication et l’humain.

Le bilan sportif

Évidemment je ne peux être satisfait de cette quatrième place à l’Eurobowl, à un cheveu du podium, surtout dans les circonstances de la ronde 6. Les gars avaient la seconde place au minimum sans cette ultime et fatale dernière ronde. Il n’y a pas à rougir de notre performance, nous avons de loin le plus grand nombre de points adversaires, logique puisque tous nos adversaires figurent dans le top 8. Paillasson en équipe est également un signe fort de ce que les gars ont mangé pendant leurs matchs. Il n’en reste pas moins que la France n’avait pas manqué un podium depuis 2010, Coupes du Monde comprises, sur les épreuves majeures du calendrier européen et mondial. C’est donc forcément une déception à ce niveau là.

Au niveau de la préparation, je pense que les weekends de cohésion ont été profitables à tout le monde, et pas seulement pour fédérer le groupe. Chaque joueur est reparti de ces moments avec de nouvelles choses et a pu progresser grâce aux échanges avec les membres du groupe France.

Je regrette cependant de ne pas avoir davantage mobilisé mes joueurs à l’utilisation de FUMBBL, car ça reste un excellent moyen de faire ses gammes et d’accumuler du temps de jeu, de faire des tests, tout en jouant des adversaires variés. Quand je vois la performance de Justicium, je me dis que ce n’est pas un hasard et qu’en cas de candidature de ma part pour le capitanat en 2017 j’insisterai grandement sur ce point.

Le vrai rayon de soleil vient de l’équipe Europen, menée par un Sebotouno de gala qui s’offre le MVP. Je remercie la triplette BudWiser – Chavrouze51 – Sebotouno d’avoir cru en ce projet et de lui offrir une vraie vitrine par la victoire finale du tournoi. Avoir trois coachs de ce niveau dans le groupe toute l’année aura été plus que bénéfique pour l’ensemble des coachs et je suis fier d’être le créateur de cette Team France Europen. Je regrette cependant mon manque de présence le jour du tournoi, où j’ai passé la quasi totalité de mon temps auprès de l’équipe Eurobowl. A creuser de ce côté là pour chercher à améliorer ce point.

europen
Au niveau de mon rôle lors du tournoi, j’avais questionné François Buck’s et je me suis appuyé sur ses conseils pour être le plus efficace possible vis à vis de mes joueurs. J’ai globalement influencé une dizaine de matchs sur la tendance à prendre (victoire, nul) et j’ai la sensation d’avoir été utile aux coachs. Ils me sollicitaient régulièrement, que ce soit pour évacuer un tour compliqué ou pour m’annoncer une situation prometteuse à venir. J’ai essayé de jongler entre Twitter et les matchs au maximum, mais je donnais clairement la priorité aux gars. C’est à mes yeux essentiel de conserver ce poste de sélectionneur, car avoir une vision globale des huit matchs permet véritablement d’orienter les coachs en fonction de leurs partenaires. En tout cas, je me suis régalé dans ce rôle, j’ai plus pris mon pied ici que pendant l’Euro durant lequel j’étais joueur. Je ne compte pas faire un point individuel détaillé de mes joueurs, ils étaient tous prêts et motivés, la réussite a manqué sur la fin. Blood Bowl n’est pas une science exacte, loin s’en faut, aussi je voulais féliciter BiBi et Matt le fou, qui ont été les paratonnerres de l’équipe pendant le tournoi. Ils ont conservé un état d’esprit irréprochable et un moral à toute épreuve. Bravo messieurs, beaucoup auraient laché depuis un bon moment …

Le choix de prendre Gros Nain en Orques est pour moi une réussite, c’était le huitième roster, il fait 1/3/0 contre les grosses nations et se fait violer contre la Suède et le Pays de Galles. J’estime qu’il a rempli son contrat et je suis fier des commentaires de Beppe, Mubo et Topper à son égard. Bravo mon nain.

Belle performance également de nos jeunes Bouzzy et Zahiko, mention spéciale pour Toto qui a appris un mois avant l’événement son switch avec BudWiser. Ils ont montré des choses intéressantes et accumulent de l’expérience au plus haut niveau, il faudra s’appuyer sur eux dans les années à venir. Bravo les boys !

Je suis ravi de la performance et de l’attitude de Simon, qui a été un équipier exemplaire malgré un début de tournoi compliqué, et qui prouve une fois de plus que le roster Nordique a sa place à l’Eurobowl. Bravo champion !

Harti n’a pas été menagé à Örebro, il fait un peu moins bien que les éditions précédentes. En revanche, il a été un moteur du groupe sur l’année, un vrai mec bien qui s’investit pleinement lors des weekends de cohésion et qui s’est même attiré la sympathie de BiBi et Justicium ! Plus sérieusement, bravo et merci Kevin.

Enfin, que dire de la performance remarquable de mon vieil ami Justicium qui sort le tournoi de sa vie le jour où l’équipe ne suit pas. Je retiendrai qu’en deux Euros il est à 4,5 points de moyenne et que son successeur Morts-Vivants n’aura pas la tâche facile … Il était sans doute le plus affuté le jour J et ça a payé. Il fait tomber Joemanji et Spartako, que dire de plus ! Bravo et merci Jérôme.

Le bilan comm’

Mon cheval de bataille cette année et je suis fier d’avoir pu mener à bien la quasi totalité de mes projets.

Un grand merci à DamakamaD pour son aide à la création du site, il a disparu des radars durant l’été mais je lui dois une fière chandelle.

Que dire de ManX et Hrolv, nos dessinateurs. Les caricatures ont été un vrai plus cette année et je tire mon chapeau à monsieur ManX, qui n’aura pas compté ses heures pour croquer le groupe France.

Un immense merci également à mon ami Bourpif pour son aide précieuse lors des vidéos et son implication tout au long de l’année.

J’avais pour ambition d’intéresser la communauté française à son équipe nationale sur plusieurs mois et pas seulement les jours de l’Eurobowl. J’espère que ce pari est réussi, en tout cas j’ai pris un plaisir fou à rédiger les 30 articles du site, à faire vivre la page Facebook et le compte Twitter. Je me suis régalé également à remettre à l’honneur des célèbres coachs de l’équipe de France au travers du Hall of Fame. Mention spéciale à Longshot pour ses anecdotes et sa patience !

Vous avez été nombreux à visiter le site et je vous en remercie !

La fréquentation de la page Facebook a « explosé » cette année !

Je me dois aussi de remercier ma chérie de m’avoir accompagné jusqu’en Suède pour immortaliser de nombreux moments de ce groupe France 2016 et de m’avoir encouragé à me lancer dans ce projet chronophage.

Je remercie la communauté pour les nombreux retours positifs que j’ai eu durant l’année concernant la communication autour de l’équipe de France, ça m’a motivé et touché. Visiblement le live sur Twitter a plu, j’ai essayé de faire au mieux.

Au niveau des petites déceptions, suite à la « disparition » de DamakamaD, les vidéos interviews n’ont pas été publiées en intégralité. Je vais voir pour les diffuser d’ici décembre car certaines valent le détour. J’avais également pour ambition que les Bleus soient filmés via Twitch durant l’Euro et DamakamaD devait s’occuper de cet aspect. N’ayant pas les compétences et le temps pour me consacrer à cette activité, j’ai du abandonner l’idée.

Que je me présente à nouveau où non, j’espère que le prochain sélectionneur continuera ce que j’ai commencé même si j’ai conscience de l’aspect chronophage de la tâche.

Le bilan humain

Je garde de cette année des moments forts, durant lesquels j’ai vu une équipe se former. C’était mon ambition première, créer cette cohésion entre douze coachs venus des quatre coins de l’Hexagone. Je pense y être parvenu, quand je vois les émotions véhiculées et la solidarité du groupe le jour J et les mois précédant l’Eurobowl, je suis fier de mon équipe. Ce sont des copains qui sont allés défendre leurs chances en Suède, chose que j’avais un peu moins ressenti lors de l’Euro 2014 en Belgique.

Je suis également heureux du rôle joué par le staff, des personnes prêtes à s’investir de manière désintéressée juste pour aider et contribuer à la vie de ce groupe France 2016. Merci Guillaume (Nainfa) pour ton investissement à équiper nos champions, tu as joué le jeu à fond et les gars étaient ravis de tes polos ! Merci Bastien (Maram) pour ton accueil lors du weekend de cohésion chez toi et du temps que tu as consacré à la peinture de l’équipe de Zahiko. Merci une nouvelle fois à nos artistes ManX et Hrolv, ainsi qu’aux sparring partners Buck’s, Clement0, Darkstorm, FXIII, Nime l’ancien …

groupe

En synthèse

Les + : le staff, la cohésion, intéresser la communauté à son équipe nationale, la victoire en Europen

Les – : le résultat final en Eurobowl, les couacs en comm’ suite au départ de DamakamaD, sous utilisation de FUMBBL


__________________________________________________

Voilà, c’était ma vision de cette formidable expérience que vous m’avez donné la chance de vivre. On va bien au delà de Blood Bowl et les relations que j’ai pu créer cette année ne sont pas prêtes de disparaître. Longue vie au Blood Bowl français et mondial !

Matthieu

La jeune garde française a les crocs !

aramis-coul

Ils intègrent pour la première fois l’équipe de France de Blood Bowl et ont pour point commun d’être de la génération 90. Interview croisée de la jeune garde française, vos trois mousquetaires de l’édition suédoise, des coachs aux parcours bien différents mais unis par une passion commune. N’oublions pas ce que disait Corneille : la valeur n’attend point le nombre des années …

Peux-tu te présenter rapidement. Qui es-tu et que fais-tu dans la vie ? Quelles sont tes passions ?

Bouzzy : Clément, agriculteur de profession, passionné par mon métier et le Blood Bowl, ce qui prend déjà presque tout mon temps ! J’aime aussi le sport en général et touche à tout à ce niveau.

Gros Nain : Je suis en Licence de Biologie à Tours. J’adore les sports collectifs (notamment le foot) et les jeux (vidéos, de plateau et autres …)

Zahiko : Toto (Antony dans le civil) 23 ans, étudiant en première année du Programme Grande Ecole à Neoma Business School (Rouennais allé allé). Mes passions, le Blood Bowl évidemment, faire de grosses soirées, rencontrer plein de personnes (surtout des filles héhéhé). Sinon je suis quelqu’un d’assez direct et qui aime se mettre en avant (surement un peu trop mais j’y travaille). Socialement je suis adaptable. A l’instar de Bibi je me pignole souvent devant mon classement NAF.

Saurez-vous trouver l’info obsolète ?

Comment et quand as-tu découvert le Blood Bowl ?

Bouzzy : J’ai découvert le Blood Bowl à 15 ans quand Talkarde a ouvert sa boutique de jeux à Agen. J’y allais régulièrement et j’ai pu observer quelques matchs, BudWiser m’a fait une initiation et c’était parti. Je ne suis pas devenu accro tout de suite car je me faisais ouvrir méchamment en ligue puis dès que j’ai fait mon premier tournoi je n’ai plus arrêté.

Zahiko : J’ai pratiqué Warhammer dès l’âge de 11 ans puis j’ai intégré les Tisseurs de Chimères (dont fait partie la Socks’), je regardais avec envie ces matchs endiablés pour la ligue. A 16 ans j’ai demandé une initiation au forum des associations et ce n’est rien que Le Captain (aka Longshot) qui m’a appris à jouer. Outre le fait que je lui ai voué une certaine fascination j’ai failli me prendre une chaise dans la tronche ce jour-là.

Gros Nain : Avec mon frère Karaak et Justicium on a commencé à jouer ensemble je devais avoir 7-8 ans.

_mg_5874

Quel type de coach es-tu ?

Zahiko : J’ai un style de jeu assez agressif. Je cherche à créer la faille afin de pouvoir contrer. Je gagne rarement de plus d’un touchdown d’écart. En contrant cela me permet de ne prendre aucun risque sur ma phase d’attaque et de faire un ball control dans mon camp. Je suis sinon très friand de Push push pour créer le décalage.

Gros Nain : Comme tout le monde j’aime gagner, quelque soit le jeu ou le sport que je fais j’y vais pour gagner, même si je pars derrière parce que je suis pas bon ou désavantagé je n’aime pas perdre.

Bouzzy : Le coach qui joue à l’instinct et à l’expérience, un jour Miyata m’a assez bien défini : ce qui est fort chez toi Bouzzy c’est que tu vois/subis une situation, tu digères et ressors plus fort.

Avant j’étais un joueur plutôt sanguin mais maintenant je me suis bien calmé, j’ai bien crié à certains moments je trouve que c’est libérateur quand la situation est bien tendue.

C’est ta première sélection. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

Bouzzy : Une véritable joie, au tout début je n’envisageais pas forcément de me présenter puis on m’a un peu poussé à le faire et je ne regrette pas, il n’y a que des mecs que j’apprécie dans cette équipe. Il y a une véritable cohésion et c’est ce qui pourra nous amener au bout.

Bien-sûr il y aussi le côté partir représenter la communauté française dans une compétition européenne et ça fait chaud au cœur quand en tournoi on reçoit des encouragements après les bons tacles.

Gros Nain : Pas grand chose, je suis content de faire partie de cette équipe de joueurs que j’apprécie vraiment, mais je prends tous les tournois au même niveau donc pour moi l’Euro c’est pareil que n’importe quel tournoi par équipe.

Zahiko : C’est la consécration du travail accompli cette année surtout. La reconnaissance du niveau acquis mais surtout de la régularité dont j’ai essayé de faire preuve (même si aucune victoire de tournoi à mon actif cette année). Je suis vraiment très très heureux de pouvoir vivre cette expérience.

Que penses-tu des chances réelles de l’équipe de France ?

Gros Nain : Je pense que nous sommes favoris au même titre que trois ou quatre autres nations. Cela reste un jeu de dés, quand tu as atteint un niveau suffisamment élevé et ceux d’en face aussi, généralement ça peut se jouer là dessus ou sur les matchs-up.

Zahiko : On a des coachs très réguliers au niveau du championnat de France mais aussi au niveau de la NAF.

Les stats restent néanmoins des stats. L’équipe est très soudée, très bien encadrée et a la volonté de donner le meilleur. Ceci dit Blood Bowl reste un jeu de dés mais je pense réellement qu’on peut aller chercher la victoire. Les Masters of Tilea avaient été battus par la Turone et l’Angleterre s’était inclinée l’année dernière. Puis comme disait ma mère, cette année c’est la tienne alors … GO Team France !

Bouzzy : Je pense que l’on fait clairement parti des favoris avec l’Angleterre et l’Italie, on peut ramener la coupe à la maison. Notre seul défaut c’est que l’on manque d’expérience en Eurobowl comme le montre les stats. Notre point fort c’est la cohésion.

_mg_5821

Quel(le) défaut/attitude vas-tu devoir corriger durant l’Euro pour espérer obtenir le meilleur résultat possible ?

Zahiko : A mon avis cette attitude-là : j’ai énormément travaillé sur moi-même et sur mon égo afin de pouvoir augmenter significativement mes résultats au cours du temps. Donc pour faire le meilleur résultat possible je ne pense rien avoir à changer. Néanmoins l’après match, quand j’ai passé un match difficile, je dois arriver à tourner la page le plus rapidement possible (mais bon ayant enfin réalisé le second objectif bloodbowlistique j’ai de moins en moins de chose à me prouver donc je devrais encore mieux accepter la défaite). Même si elle n’arrivera pas à l’Euro !

Bouzzy : Ma concentration, j’ai toujours eu de gros problèmes de concentration (je vous raconte pas à l’école le calvaire pour moi) mais dernièrement je me suis plutôt amélioré de ce point de vue donc pour l’Euro ça ira. Il faut aussi que j’apprenne plus à m’isoler de mon entourage, si en fin de match j’entends des chuchotements dans mon dos ou qu’il y a du monde qui regarde ça peut me faire faire n’importe quoi.

Gros Nain : Aucun, si je réussis jusqu’à maintenant pourquoi je changerais. Et puis ça reste un jeu où tu lances des dés ça va c’est pas très important.

(Bouzzy) L’année 2016 n’a pas été simple depuis le Belgian Open. Tu restes confiant ?

Bouzzy : Non c’est vrai que depuis le Belgian Open je ne fais que des résultats à l’équilibre (2/1/2 ; 2/1/2 ; 1/3/1) alors il y a 2 raisons à ça.

La première c’est dans ma vie personnelle, depuis un an je suis en pleine installation agricole et c’est un projet assez lourd à mener donc même en tournoi j’avais du mal à déconnecter pour me remettre dans le jeu. Maintenant tout est ficelé comme il faut donc comme j’ai dit au sélectionneur je serai bien concentré pour l’Euro.

La deuxième c’est que sur mes cinq dernières défaites il y a deux Elfes noirs et deux Elfes Sylvains. Les Sylvains tout le monde sait que c’est très compliqué quand on joue Hommes-Lézards, mais j’ai quand même nullé deux fois JimJimany ! Les deux défaites Elfes Noirs sont contre Zahiko, qui a typiquement le jeu contre lequel les Lézards en chient le plus. Il joue hyper agressif et harcèle jusqu’à ce qu’une brèche apparaisse. D’autant plus qu’en ce moment il est affûté.

Donc malgré mes résultats moyens je reste en confiance, surtout que le format Eurobowl est en ma faveur : six blocages d’entrée de jeu et l’absence de double ne me pénalise pas à l’inverse de certaines équipes.

(Gros Nain) Est-ce un désavantage d’être le frère du sélectionneur ?

Gros Nain : Vis à vis de la communauté peut être mais je m’en branle. Vis à vis de l’équipe je ne pense pas, ils me considèrent au niveau pour être dans l’équipe et m’apprécient pour ce que je suis.

(Zahiko) Ton arrivée tardive au sein de l’équipe de France Eurobowl n’est elle pas un cadeau empoisonné ?

Zahiko : Nullement, j’en suis même honoré de la façon dont s’est arrivé. Personnellement j’espérais toujours depuis un an que ce moment arrive. J’ai tout fait pour en augmenter les chances. Comme le savait le sélectionneur, ce n’était pas tant de ne pas faire partie de l’EDF qui m’avait fait c**** mais surtout de ne pas faire partie de CETTE équipe, en effet j’adore vraiment tous les mecs qui la compose et je voulais vraiment vivre cette aventure avec eux. Cela me met un peu plus la pression que l’Europen mais si BudWiser à juger bon de me céder sa place alors je dois avoir le niveau.

Peux-tu nous parler de tes deux jeunes camarades ?

Gros Nain : Je connais bien Bouzzy depuis quelques années maintenant, c’est quelqu’un que j’apprécie vraiment et je suis très content de jouer avec lui à l’Euro. Pour Zahiko j’ai appris à le connaître plus cette année et c’est une super rencontre, un super gars. En terme de jeu j’estime que ce sont de très bons joueurs comme les autres en EDF.

Zahiko : Ce sont des potes avant tout. On a commencé à bien se connaitre notamment avec la Coupe du Monde en Italie, je suis parti en vacances avec GN et c’est toujours du bonheur de voir Bouzzy. Ils ont le niveau et je sais qu’on devrait bien rigoler (du moins entre nous peut être pas avec les vieux cons !)

Bouzzy : Gros Nain est quelqu’un que j’apprécie énormément, le feeling passe très bien, quand on joue l’un contre l’autre on passe le match à déconner et à se trashtalker. J’ai joué avec lui et Lucas à l’europen en Belgique où on s’est fait piné comme il faut mais c’était une super aventure. Donc hyper content de jouer avec lui !

Toto je le connais surtout depuis la Coupe du Monde à Lucca, mais là pareil le feeling est bien passé et c’est toujours un plaisir de le croiser en tournoi. Je suis très content de jouer à ses côtés pour cet Eurobowl, mais par chauvinisme Pilou je me dois de ronchonner que BudWiser parte hahahahh :D

Y a t-il un coach plus expérimenté qui te sert de modèle ou de référence ?

Zahiko : Je dirais 2 : tout d’abord Longshot pour son parcours, son investissement, puis c’est mon papa de Bloodbowl donc … Ensuite Sladmortis, par l’aura qu’il dégage, la sérénité et puis il est juste monstrueux sur les terrains (au moins autant que gentil à l’extérieur). Oui oui j’ai une admiration sans limite pour les Lutèce Noobz.

Bouzzy : Non j’ai pas forcément de coachs de référence, il y a beaucoup de joueurs que j’apprécie et qui sont très forts mais je ne m’identifie par forcément à eux.

Gros Nain : Pas vraiment, je me sers de l’ensemble des matchs que j’ai pu voir ou faire pour retenir des choses et ensuite pouvoir m’adapter ou modifier ma façon de jouer. Mais non je n’ai pas un joueur modèle, et je pense être un des plus expérimentés du circuit actuel finalement, peut être suis-je un modèle ?

Quel est pour le moment ton meilleur souvenir à Blood Bowl ?

Gros Nain : Quand on jouait enfants avec mon frère et Jérôme.

Zahiko : La World Cup 2 à Amsterdam en 2011. J’ai été prévenu deux semaines avant que je devais remplacer un gars de la Socks (oui oui on me prévient souvent au dernier moment). J’ai adoré tout, l’ambiance, le local, revoir des têtes. A l’époque bien que je n’étais pas aussi bon et aussi connu, j’avais vraiment tout donné et l’ambiance soudée de l’équipe faisant on ne peut plus plaisir. (En effet à 18 ans je rencontrais des personnes qui allaient rester de très bons amis même hors Blood Bowl).

Bouzzy : Sans conteste monter sur la deuxième marche du podium à Lucca et d’avoir sur la troisième les copains Pilous (Talkarde, Miyata, Matt le fou, BudWiser, Rippersly et Galmor). Les deux combinés je peux vous assurer que c’est hyper bandant !

_mg_5746

Et le pire ?

Bouzzy : Un tournoi à Bayonne, le tournoi était très bien mais pas moi. J’étais malade comme il m’arrive rarement de l’être, Budwiser (notre pharmacien) me prend un sirop contre la toux pour essayer de faire passer le truc, je me siffle la bouteille donc j’étais complètement défoncé au sirop contre la toux et pour rajouter une couche à ce cocktail je prends un dolirhume nuit en pleine journée. Je vous laisse imaginer mes capacités mentales à ce moment-là. Première sortie en Orc et je fais un bon 0/0/4, ma seul victoire étant la ronde où on change de roster avec son adversaire (Nain du Chaos).

Gros Nain : Des périodes de déchatte parfois, il faut savoir faire avec mais c’est pas évident quand ça dure 3-4 tournois de suite.

Zahiko : Un match au Crom à Gnon 2012, où on se trashtalkait avec Ghostdog, je le contre en 1ère et rate avec un beau double as en première action pendant 6 tours le 2-0 pour au final faire 1-1. Mais ce n’est pas tant le résultat qui m’a marqué mais l’attitude que j’ai eu, j’ai littéralement pété un câble. J’en avais les larmes aux yeux, j’ai jeté mes dés à travers la salle. Encore une fois désolé pour ce match. Mais il m’a permis de relativiser beaucoup de chose, et principalement que Blood Bowl reste un jeu et qu’il est là pour qu’on se fasse plaisir.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter pour cette fin d’année 2016 ?

Zahiko : Du Rhum, des femmes, et d’la bière tant qu’il faut. Et gagner l’Eurobowl en tant que MVP héhé.

Gros Nain : Réussir mes études > que le Real gagne > que nous gagnons l’Euro.

Bouzzy : De revenir avec la coupe de l’Eurobowl !

Si la France remporte l’Eurobowl, es-tu prêt à faire un truc fou/débile/hors du commun pour fêter ça ?

Bouzzy : Oui pourquoi pas mais je n’ai pas trop d’imagination à ce niveau-là donc je laisse soin à mes coéquipiers de trouver !

Zahiko : Courir nu dans le château. Si je suis MVP dans la neige devant le château (juste en chaussures).

Gros Nain : Non.

L’œil du sélectionneur

Bienveillant à l’égard de ses jeunes coachs, le capitaine de l’équipe de France n’en reste pas moins objectif et lucide les concernant.

« Jamais une équipe aussi jeune n’est allée se confronter aux cadors du Blood Bowl européen. J’ai conscience que l’effectif n’a pas l’expérience des anglais et le vice des italiens. La cohésion est en revanche bien présente et je compte m’appuyer sur cet aspect pour motiver au maximum les troupes !

Concernant le jeune trio, il est composé d’excellents coachs connus et reconnus sur le circuit.

12620764_10208597117515955_797289725_o

Bouzzy est un spécialiste du roster Hommes-Lézards, il a même été numéro un mondial durant le second trimestre 2016 et sort d’une brillante Coupe du Monde. Il a été en difficulté ces derniers temps mais je ne m’inquiète pas outre mesure. Il a progressé sur sa faculté à se concentrer et sera bien encadré en Suède. Il a surtout mené à bien son projet professionnel et personnel, je l’en félicite chaleureusement !

Gros Nain est un coach au niveau technique très élevé. Il est difficile de me prononcer car c’est mon frère mais il a toute ma confiance, malgré son changement tardif d’équipe. Il a le huitième roster et sait ce qu’il doit faire. L’Eurobowl se gagne sur les tables 6, 7 et 8, il rapportera des points précieux. La confiance retrouvée, je ne m’inquiète pas pour lui.

Enfin, Zahiko est un joueur qui a progressé dans son jeu et son attitude à une vitesse folle. Sa sélection n’est en rien volée et l’élégant geste de BudWiser prouve incontestablement que le néo-rouennais sera à la hauteur de l’événement. Très régulier en 2016, il ne lui manque qu’une victoire en tournoi pour mettre la cerise sur ce beau gâteau. Attention à ne pas se voir trop beau et à gérer la pression du tournoi ! »

Réponse dans 12 jours !

Le prochain rendez-vous des Bleus : Eurobowl et Europen (22-23 octobre).

Et si on parlait chiffres ?

business graph, chart, diagram, bar

La startlist connue et passée en revue dans un article récent, il est maintenant temps de s’intéresser en détails aux différents coachs composant les équipes concurrentes des Bleus dans moins de trois semaines. Comment se situe la France par rapport à ses adversaires ? Réponse ci-dessous.

Un manque d’expérience à l’échelle européenne

Comparativement à de nombreuses écuries, la France et ses huit coachs ne comptent en tout et pour tout que 16 sélections. On est bien loin des 49 sélections cumulées par l’Angleterre et l’Italie. Treizième plus capée parmi les seize nations présentes, la France apparaît comme faiblement expérimentée sur le plan international. Faut-il voir cela comme un danger dans une compétition si relevée et face à des habitués de ce genre de rendez-vous ?

Pays Sélections
England 49
Italy 49
Denmark 36
Spain 29
Scotland 24
Belgium 23
Hungary 20
Switzerland 20
Finland 19
Germany 19
Sweden 17
Wales 17
France 16
Norway 16
Viking 10
Poland 8

Ex-æquo avec la Norvège, jeune nation au niveau Bloodbowlistique, la France se classe uniquement devant les mercenaires Vikings et la Pologne, nouvelle venue sur la scène européenne. On constate que le turnover français fonctionne, avec une équipe qui compte moins de sélections que Lycos et Geggster réunis par exemple.

Un classement NAF à la hauteur de l’évènement

Peu habituée aux joutes européennes face aux cadors du circuit, l’équipe de France dispose néanmoins de la troisième meilleure équipe lorsque l’on cumule le classement NAF de chaque coach. Derrière le duo Angleterre – Italie, qui truste les premières places une nouvelle fois, les Bleus portés par Matt le fou (6ème joueur mondial, 263.44 Amazones) se hissent sur le podium.

Bien que ce classement NAF ne soit en rien une science exacte et une donnée d’une fiabilité absolue, il reste un excellent indicateur pour identifier les forces en présence. Il n’est ainsi pas surprenant de retrouver aux premières loges les nations qui se partagent le top 5 depuis plusieurs éditions.

Pays Moyenne NAF
Italy 239,4
England 237,8
France 230,1
Denmark 222,1
Germany 206,4
Spain 205,7
Sweden 203,2
Scotland 187,9
Switzerland 187,2
Wales 185,1
Belgium 182,6
Norway 175,2
Viking 165,4
Hungary 160,3
Finland 160,2
Poland 155,3

Construite sur la base des Masters of Tilea, la formation italienne du sélectionneur Roller occupe la tête du classement à quelques points des anglais. Sept écuries affichent un ranking supérieur à 200. Nos voisins belges et suisses ne figurent pas dans ce septuor, sans doute faute de participants et une trop grande présence de mercenaires. Enfin, une nouvelle fois, la Pologne ferme la marche.

Angleterre et Italie, encore …

Au niveau des sélections individuelles, il est logique de retrouver anglo-saxons et transalpins en haut de l’affiche. Seuls deux coachs ont participé à l’ensemble des championnats d’Europe depuis sa création en 2003 : les italiens Beppe et Farina. Ces derniers ont par ailleurs été sacrés à trois reprises (2005, 2008 et 2009). Les anglais se font également la part belle avec un trio Geggster – Lycos – Podfrey qui comptent chacun 10 sélections. Le premier coach à perturber cette domination anglo-italienne est le danois Topper, qui a porté fièrement 9 fois ses couleurs nationales. Aucun français ne figure dans ce top 15, pour rappel les plus capés de l’équipe de France 2016 (BiBi, Harti et Matt le fou) ne vont fêter que leur troisième sélection.

Coach Pays Sélections
Beppe Italy 11
Farina Italy 11
Lycos England 10
Geggster England 10
Podfrey England 10
Liam Italy 9
Topper Denmark 9
Dirold Italy 8
Driesfield Belgium 8
Obeliz Spain 8
Phoenix11 Belgium 7
Muadib Germany 6
Candlejack Germany 6
Tripleskull Denmark 6
JimJimany England 6

On retrouve dans ce classement des grands noms du circuit européen, comme l’anglais JimJimany, numéro un mondial, ou encore l’allemand Muadib, MVP de la dernière Coupe du Monde à Lucques.

Le prochain rendez-vous des Bleus : Eurobowl et Europen (22-23 octobre).

BudWiser – Zahiko : un switch payant ?

switch

La nouvelle est tombée hier en milieu d’après-midi. Après avoir longuement échangé avec son sélectionneur lors du Hord’Bowl, BudWiser a pris la décision suivante : il représentera l’équipe de France à l’Europen, laissant le champ libre à Zahiko qui disputera donc son premier Eurobowl. Ce switch soudain pour l’équipe prouve une nouvelle fois la classe et le fair-play du pharmacien agenais, en témoigne sa déclaration aux coachs du groupe France.

J’ai joué Toto (Zahiko, NDLR) ce week end. J’ai gagné 1 partout en dominant de la tête et des épaules le match d’une sortie à zéro …  pirat   Very Happy

Plus sérieusement, j’ai trouvé mon jeune padawan ultra affuté tant dans le jeu que sur les phases de one-turn, à tel point que je pense qu’il rapporterait plus de points à l’EDF que je ne serais en mesure de le faire.

Là où je sentirais qu’un adversaire est plus costaud que moi et verrouillerais le jeu pour assurer le nul, Toto sera en mesure de jouer la gagne. Là où je merderais un placement d’une case et récupèrerais mon erreur d’une sournoise passe rapide et de quelques dodge 2+, il ne laissera pas d’ouverture et trouvera celle du rideau adverse …

Bref, je pense que Toto sera capable de scorer quelques demi-points de plus que moi au cours de la compet’ et qu’il n’y a pas de raison de se priver de cette chance supplémentaire pour ramener le titre. Du coup, après notre match j’ai demandé à notre sélectionneur de faire jouer l’homme en forme …

Cette décision mûrement réfléchie a été accueillie avec respect et compréhension par le groupe. BudWiser jouera donc aux côtés de Chavrouze et Sebotouno lors de l’Europen tandis que Zahiko fera son entrée au championnat d’Europe.

La jeunesse au pouvoir

Suite à cet échange entre les deux spécialistes du roster Elfe Noir, la moyenne d’âge de l’équipe baisse significativement. Avec quatorze années de moins que son aîné Pilou, le jeune rouennais est le troisième coach de la génération 90, avec Bouzzy et Gros Nain. L’équipe 2016 a donc une moyenne de 27,5 ans. Cela en fait probablement une des plus jeunes jamais alignée par la France à l’Eurobowl …

De plus, cela porte à trois le nombre de nouveaux coachs au sein de l’équipe de France. L’ouverture qui fait tant débat chaque année n’est finalement pas si faible, même si ce néo capé arrive tardivement …

L’irrésistible ascension

Omniprésent sur le circuit en 2016, Zahiko brille partout où il passe malgré un début d’année moins flamboyant. Il n’a perdu que deux matchs lors de ses huit derniers tournois et fait preuve d’une régularité hallucinante. La consécration intervient en début de semaine quand il prend officiellement la première place française au classement NAF sur son roster de prédilection.

zahiko

Déjà troisième du championnat de France en 2015, le joueur formé à la Sock’s est inarrêtable. Il semble avoir tous les outils pour réaliser un Eurobowl de haute volée. A lui désormais de savoir gérer la pression d’un tel événement et la soudaineté de ce switch.

Gros Nain, un retour en arrière salvateur ?

Autre changement qui était dans les tuyaux depuis quelques semaines, l’abandon définitif des Nécromantiques. Le Turon aura essayé de nombreuses combinaisons, longuement échangé avec ses partenaires et membres de la communauté mais le résultat n’a pas été concluant. En grande difficulté lors du Rugbowl, Gros Nain ne trouvait pas ses repères avec cette race. Il revient donc sur le roster pour lequel il avait été sélectionné avant la modification du règlement. Le style de jeu Orque lui correspond davantage et lui permet de mettre à profit sa forte expérience des Hommes-Lézards. En perte de confiance à la tête des Nécromantiques, il est remonté à bloc pour emmener ses peaux-vertes à Örebro et peut compter sur le soutien de ses partenaires.

Le prochain rendez-vous des Bleus : Eurobowl et Europen (22-23 octobre).

La startlist officielle est connue !

Brèves

Le comité d’organisation de l’Eurobowl 2016 a clos les inscriptions de manière définitive depuis le 31 juillet. Les adversaires de la France sont donc connus et prêts à en découdre avec les Bleus.

La surprise vient de l’Espagne, qui après de longues tractations a finalement décidé d’aligner une équipe remaniée, avec la présence de deux jeunes coachs qui ne comptent que peu de matchs à la NAF. Les cadres Obeliz, Dark Duke et Joanet seront également de la partie.

La Belgique s’est attachée le service de mercenaires, ne parvenant pas à réunir une sélection exclusivement nationale. Elle comptera dans ses rangs notamment l’italien Phoenix, récent meilleur marqueur du Lutèce Bowl.

Pas de changement notable en revanche par rapport aux éditions précédentes. Voici sans plus attendre la starlist détaillée.

Les favoris

Elles trustent le podium de la compétition depuis de longues années et les dernières éditions ne semblent pas indiquer une modification de cette tendance. Double tenante du titre, l’Angleterre menée par Lycos fera figure de favorite logique.

Team England (*****)

Lycos – 2870
PurpleGoo – 11777
Geggster – 70
Podfrey – 149
JimJimany – 12403
Joemanji – 3312
Mubo – 13409
Wilzif – 8901

england

La France, seconde en 2013 et 2014, se classe naturellement parmi les candidates à la victoire finale. Peu convaincante lors des tournois nationaux, elle devra se sublimer pour espérer l’emporter.

Team France (*****)

Karaak – 13455 Non-playing captain.
BiBi – 11491
Bouzzy – 15733
BudWiser – 12987
Gros Nain – 14524
Harti – 13583
Justicium – 12319
Matt le fou – 13561
Simon_ACP – 17603

Enfin, championne du monde à domicile grâce aux Masters of Tilea, l’Italie pourrait bien renouer avec le succès. Une grosse armada aux noms ronflants, attention à l’excès de confiance cependant. Indéniablement un des ogres de l’édition 2016.

Team Italy (*****)

Roller – 3528 Non-playing captain.
Beppe – 3564
Dirold – 5900
Farina – 3533
Kaltenland – 11924
Liam – 5906
Matte8 – 13785
Spartako – 13417
Verrinho – 16930

Les outsiders

Jamais vainqueur mais toujours placé, le Danemark manque de profondeur d’effectif. Bien que la base soit composée de coachs de très grande valeur, l’équipe pêche depuis plusieurs éditions sur les joueurs 6, 7 et 8.

Team Denmark (****)

Tripleskull – 9524
MissSweden – 11498
kfoged – 10691
Tank – 11501
Topper – 6363
SpecialOne – 16742
Jaqra – 19750
Niebling – 11499

A domicile, la Suède aura à cœur de briller. S’appuyant sur la Blood Bowl Swedish Alliance auteure d’une coupe du Monde remarquable, le pays hôte peut frapper un grand coup. Régulièrement aux alentours de la 7ème au championnat d’Europe, 2016 peut être l’année tremplin pour les nordiques.

Team Sweden (***)

Melisqus – 16238
Inforthepain – 19483
Pidpad – 20957
Skuld – 20481
JohnnyD – 18171
Skoberget – 19448
Dragons – 19003
Pellevin – 19271

En constants progrès, la Suisse se rapproche chaque année des hauteurs du classement. Elle pourra compter sur ses deux leaders techniques, Strider et Joakero. Quelques nouveaux coachs peuvent créer la surprise au sein de la formation helvétique. Pour le meilleur ?

Team Switzerland (***)

Strider84 – 14113
Jokaero – 2785
Phifoe – 16959
Goss – 18266
Madmatt13 – 19790
Elrik – 19344
sigu70 – 17003
Macabeo – 18608

A ne pas sous-estimer

Décevante depuis de nombreuses années sur le circuit européen, la formation allemande peine à trouver sa place dans la hiérarchie actuelle. Elle est cependant composée de coachs brillants dont le MVP du mondial italien, Muadib. Enfin un coup d’éclat pour la Mannschaft ?

Team Germany (**)

Arioso – 18738
RoterSternHochdah – 18704
Muadib – 2800
Candlejack – 5844
Gaunab – 2150
Prince – 341
DocMaxx – 16347
Jonny_Kanone – 9621

Désormais constituée, les soucis sont derrière la Belgique. Reste à voir comment prendra la mayonnaise entre mercenaires et belges. L’absence de Magictobe semble difficile à pallier pour notre voisin.

Team Belgium (**)

Driesfield – 6183
Malodoror – 20793
JJ – 10488
Araznaroth – 13199
Woete – 12500
gninocker – 17832
Phoenix11 – 8402
Dekra1979 – 16259

Le mélange entre anciens et nouveaux peut-il prendre ? Ce sera en tout cas un passage obligé pour les ibériques s’ils veulent renouer avec la plus haute marche du podium.

Team Spain (**)

Dark Duke – 2925
Obeliz – 2519
Joanet – 7690
Duke_Luthor_Von_Hawkfire – 11793
Barry – 3290
Idroj – 20930
Malasnoticias – 17068
Tactel – 20218

Peu de références pour cette équipe qui a malgré tout posé des soucis à de nombreux adversaires par le passé. A l’instar de Garrick (238, Elfes Noirs), la nation au chardon ne sera pas un cadeau au tirage.

Team Scotland (**)

DonShula – 14445
Garrick – 18506
Purdindas – 10831
JamesEs – 17875
sann0638 – 8866
Valen – 1538
Loki – 371
HumptyTrump – 20360

Les potentiels troubles-fêtes

Habituée du rendez-vous depuis quelques années maintenant, la Hongrie n’a jamais réellement brillé par ses résultats. De nouveaux coachs insuffleront peut-être une spirale positive à ce niveau ?

Team Hungary (*)

BlackOrc – 6233
Itzla – 9758
Wolio – 20061
noraal – 21798
Favi – 20062
cz – 21604
swifty – 20309
Alex05 – 22352

Une équipe jeune sur laquelle il est délicat de se prononcer. Vraisemblablement un bon tirage au premier abord, mais à ne pas prendre à la légère.

Team Finland (*)

MacWitt – 19932
Harza – 20060
jopotzuki – 20783
edheim – 20760
BeerBeer – 18245
J-Ho – 19106
ratogre – 22007
valkohukka – 18772

A l’image de la Finlande, la Norvège n’a pas de référence permettant de se faire une idée réelle de l’adversité qu’elle peut offrir. Méfiance également donc.

Team Norway (*)

zulu – 16829
Endalos – 17242
The_Ref – 9441
straume – 20685
bothun – 20953
FrankPedersen – 20899
mynock – 20775
GreatWhiteHope – 20881

Les rookies de 2016, la Pologne fait son baptême à Örebro. Bienvenue à eux !

Team Poland (*)

Mewash – 21627
Reszka – 21573
Leonek – 22375
Domingo – 20280
Slimaq – 21957
Warrior1980 – 22376
Juniooor7 – 22455
Shawass – 18416

Une équipe de mercenaires, qui peut faire des coups d’éclat. Espérons qu’elle se contente de jouer les faire-valoir.

Team Viking (*)

Balder – 17725
Corwin – 17878
Faccko – 17893
Mufflo – 15048
brocCooli – 12552
Duckwing – 16278
Bernuz – 19542
Purrelito – 15323

Équipe la moins armée du Royaume-Uni pour les joutes de l’Eurobowl, le Pays de Galles avait pris l’eau contre la France lors de la première ronde en Belgique (0/3/5). Un bon souvenir pour les Bleus !

Team Wales (*)

nonumber – 8923
20Phoenix – 19395
SFisher91 – 16057
Dionysian – 19480
Northernknight – 7569
MadeofWelsh – 12184
Ploppy_McPloppy – 16417
andydavo – 19726

Seize équipes en lice, une affluence honorable malgré les contraintes budgétaires. L’Autriche, les Pays-Bas, le Portugal et la Serbie manquent à l’appel.

Un petit sondage pour mesurer la cote de vos Bleus !

Les Bleus peuvent-ils le faire ?

EDF2016

L’équipe de France de Blood Bowl sera à la poursuite d’un troisième sacre européen en Suède. Sur le papier, les favoris sont connus : Angleterre, France et Italie. Les danois seront bien sûr présents pour jouer les troubles-fêtes. Mais qu’en est-il réellement des chances de nos Bleus à Örebro ?

Une campagne en équipe décevante

Avec une huitième place honorable mais un ton en dessous du résultat espéré lors du Lutèce Bowl, l’équipe de France n’a pas marqué les esprits. Elle se classe notamment derrière les All The President’s Men et les Latino Lovers. Mais certains membres de l’équipe nationale ont brillé sous une autre bannière, à l’instar de Matt le fou qui remporte le MVP et BiBi le classement en équipes avec l’Entente Cordiale.

Le Fou MVP

Plus inquiétante, la performance réalisée par les tricolores lors du Rugbowl toulousain. Dans l’allure le samedi avec les grosses écuries, l’équipe s’effondre le dimanche et essuie un lourd revers face aux anglais, futurs vainqueurs de l’épreuve chère aux Azes. En prenant une piètre sixième place, très nettement en dessous de l’objectif annoncé, l’équipe a été piquée dans son orgueil et devrait rebondir de la meilleure des manières.

Des Bleus qui brillent en individuel

Le groupe France a néanmoins remporté pas moins de sept tournois en 2016, et a collecté de nombreux podiums.

Sans jamais être vainqueur, Zahiko réalise une saison remarquable, figurant neuf fois sur dix dans le top 5 de ses tournois. Le leader des Pilous est lui toujours invaincu en 2016 (8/2/0) à la tête de ses Amazones.

Les tournois remportés :

  • Harti : Coupe de la Déchéance et Block
  • BiBi : Stress Cup
  • Bouzzy : Belgian Open
  • Gros Nain : Bowl d’Armor
  • Karaak : Breizh Bowl
  • Matt le fou : Lutèce Bowl

Une cohésion sans faille

Même dans la douleur, les Bleus restent soudés. En difficulté lors du Rugbowl, les tauliers comme Justicium et Matt le fou ont insufflé cet esprit de combativité et de gagne jusqu’au tour 16 du dernier match. La confiance règne au sein du groupe mais le tournoi toulousain a fait figure d’avertissement. Les coachs savent ce qu’il reste à faire pour décrocher la troisième étoile.

EDF2016 staff

L’ultime rassemblement des Bleus qui devrait se dérouler lors du Hord’Bowl fin septembre servira de répétition générale et donnera l’occasion au groupe de se souder encore un peu plus.

Et toi, que penses-tu des chances réelles de victoire de l’équipe de France ?