Eurobowl : le format change !

Girouette en forme de Coq

Suite à une modification tardive du règlement annoncé lors de la Coupe du Monde à Lucques en novembre dernier, certains cartes sont rebattues. Quels changements pour l’équipe de France ?

Les Nécros entrent dans l’arène

Lors du weekend de cohésion organisé ces deux derniers jours, l’équipe a donc réfléchi aux éventuelles modifications possibles. Si certains coachs ne voient pas d’un bon œil ce nouveau  format pour leur roster (BudWiser, Harti, Simon_ACP), d’autres s’en réjouissent davantage (Bouzzy, Justicium). Le seul changement finalement retenu concerne Gros Nain qui coachera les Nécromantiques aux dépens des Orques.

Avec sept compétences simples, une double et tous les positionnels, le roster apparaît supérieur aux Orques et tient la dragée haute aux premiers tiers. Le coach de la Turone a disputé l’Aplocalypse Bowl avec sa nouvelle équipe et a rapidement trouvé ses automatismes (1/2/0). Il pourra s’appuyer sur les conseils de son coéquipier triple champion de France, auteur d’une Coupe du Monde italienne réussie à la tête de ce roster.

Des tiers 2 à prévoir chez la concurrence ?

Un ton en dessous dans la version initiale du format, les rosters du second groupe ont désormais une vraie légitimité et il est fort probable d’en retrouver chez nos voisins européens. Le danois MissSweden pourra une nouvelle fois briller avec le Pacte du Chaos, mais les Elfes, Nécromantiques et d’autres équipes pourraient être présentes.

Les membres du groupe France devront donc prendre cela en considération et se préparer en ce sens. Le tiers 2 étant moins fréquent, il peut créer un effet de surprise qu’il faudra savoir anticiper.

Les changements en bref

Les tiers 1 ont une compétence supplémentaire (6 simples au lieu de 5).

Les tiers 2 ont 20k d’inducement qu’ils peuvent utiliser afin d’acheter une compétence simple ou des joueurs/relances/staff (ce qui permet d’avoir 7 simples et 1 double). Auparavant ils avaient le choix entre les 20k d’inducement et la compétence double. A présent les deux sont compris.

Les tiers 3 ont 50k d’inducement qu’ils peuvent utiliser afin d’acheter des compétences ou des joueurs/relances/staff.

Quels rosters pour les Bleus au fil des ans ?

tumblr_nyhfhc6kUD1qc831do1_1280

Depuis sa création en 2003, la Coupe d’Europe des nations de Blood Bowl va connaître en octobre prochain sa onzième édition. Le groupe France n’a jamais manqué à l’appel et va donc envoyer la treizième équipe de son histoire – pour rappel, la France avait deux équipes en 2003 et 2004 – afin de décrocher une troisième couronne européenne. Si nous savons désormais quelles ligues ont représenté l’Hexagone lors de cette compétition, qu’en est il des rosters ? Les Elfes Sylvains se font-ils la part belle ? Y a t-il une ou des surprise(s) ? Réponses dans les lignes qui vont suivre.

Un trio de tête incontournable

Surprise, les Elfes Sylvains n’y figurent pas ! Retenu treize fois en autant de participations possibles, le roster Morts-Vivants est le plus utilisé par les internationaux depuis le premier Eurobowl. Connue pour sa polyvalence et sa force de frappe, la race des morts a traversé les LRB sans être affectée outre mesure. De plus, on voit mal aujourd’hui comment se passer d’une telle locomotive. En 2003 et à la tête d’une franchise Morts-Vivants, Mistery est devenu le premier MVP de l’histoire de l’Eurobowl …

Avec douze apparitions, les Orques prennent la seconde place de ce classement. Appréciés pour leur fiabilité et leur solidité, les peaux vertes n’ont été absents que lors du championnat d’Europe 2014 en Belgique, aux dépens des Khemri. Ils sont de retour cette année au sein de l’équipe de France.

Sur la troisième marche du podium, on retrouve les Amazones. Roster peu joué à l’heure actuelle, il a toujours été présent en Coupe d’Europe même s’il n’est apparu que dans une seule des deux équipes lors des deux premières éditions. Onze fois des internationaux ont défendu les guerrières, le plus célèbre d’entre eux étant Darktroll, invaincu en trois participations, MVP 2009 et champion d’Europe 2012. Chapeau l’artiste !

Darky

Un sacré bonhomme ce Darktroll !

Les prétendants se bousculent

Derrière ce trio qui semble à l’heure actuelle indéboulonnable, pas moins de cinq races comptent entre sept et neuf apparitions.

Les Elfes Sylvains et les Nains mènent le peloton avec neuf sélections. En revanche, la tendance semble s’inverser pour ces deux rosters. En effet, omniprésent jusqu’en 2010, les barbus n’ont plus été sollicités depuis quatre éditions. C’est radicalement l’opposé pour les woodies qui participent sans exception à toutes les compétitions depuis 2008 alors qu’ils étaient boudés dans les premières années.

cdf1

Titouch qui adoube BiBi, le passage de témoin !

Avec huit apparitions, les Nains du Chaos et les Nordiques sont des habitués de l’équipe de France. Sélectionnés à intervalles réguliers, ces deux rosters plaisent à la communauté et ont des représentants d’envergure, comme le triple champion de France en titre Harti, mais également Simon_ACP, tous deux premiers du classement mondial NAF sur leur roster de prédilection.

En queue de groupe, on retrouve les Elfes Noirs, sollicités sept fois par les Bleus. Si le roster semble avoir trouvé sa place depuis 2013, il n’a pas toujours été légitime aux yeux des capitaines/sélectionneurs. Entre 2008 et 2012 par exemple, il n’y a eu qu’un seul représentant, le canard Buck’s.

Désamour et popularité en hausse

Nouveau trio qui peine à intégrer les valeurs sûres pour les joutes européennes : Hommes-Lézards, Nécromantiques et Skavens.

Avec six sélections, les rats adeptes de la Malepierre sont en perte totale de vitesse. Depuis 2010, aucun coach n’a porté le maillot tricolore avec ce roster dont la cote baisse, en témoigne la faible fréquentation des Skavens lors des tournois nationaux.

Le nouveau qui monte en revanche, venu tout droit de la Lustrie, c’est l’Homme-Lézard. Apparu seulement en 2009 pour la première fois, il est en train de devenir un incontournable malgré une absence en 2013 et comptera cette année sa cinquième sélection.

Lézards

La race qui monte, et les candidats sérieux ne manquent pas !

Les Nécromantiques portent leur nombre d’apparitions à cinq au sein du groupe France, étant retenus de manière irrégulière. En 2012, Nicodaz contribue grandement au sacre européen à la tête de ce roster exigeant mais à fort potentiel. Aujourd’hui régulièrement requalifié en tiers 2, sa popularité est croissante dans les tournois français et lors de la dernière Coupe du Monde. Suite au changement de règlement tardif de l’Eurobowl, le roster a longtemps été de l’aventure aux dépens des Orques mais restera finalement à quai.

Dur dur d’être un tiers 2 !

Onze sélections cumulées pour les quatre races dites de tiers 2 qui vont suivre : Elfes, Hauts-Elfes, Humains et Khemri.

Populaire lors des premières éditions (4 sélections), le roster Humain n’est plus apparu sous la bannière bleue depuis 2006. Malgré des formats favorables lors de certains Eurobowls, la France a fait l’impasse sur cette équipe polyvalente mais manquant sans doute de punch face aux power rosters.

Avec trois sélections au compteur, les Elfes et Khemri peuvent apparaître à la faveur de bons formats ou en présence de spécialistes. En 2004, les Elfes sont présents dans les deux équipes françaises et ne réapparaissent ensuite qu’en 2013 sous la houlette d’Elyoukey. Concernant les Gardiens des Tombes, moins appréciés depuis le passage en LRB6 et la disparition de la Châtaigne, ils étaient présents en 2014 avec une réussite limitée.

ob_46f0ac_dsc-1037

Elyoukey dépoussière les Elfes après 10 années d’absence !

Enfin, avec une seule petite apparition, les Hauts-Elfes ont porté fièrement les couleurs françaises lors du premier Eurobowl, sous les commandes du rouennais Jarjarus. Rarement avantagé par les tiers, le quatrième roster Elfe est le moins utilisé par les internationaux.

Un huit majeur ?

Il est finalement difficile de sortir un huit majeur incontournable. Si l’on s’en tient aux sélections passées, les plus utilisés (Morts-Vivants, Orques, Amazones, Elfes Sylvains, Nains, Nains du Chaos, Nordiques et Elfes Noirs) n’ont aucune garantie d’être reconduits l’année suivante, notamment par la présence du roster Hommes-Lézards, qui semble désormais indispensable. Les Nécromantiques et certains tiers 2 peuvent avoir leur mot à dire, particulièrement des races jamais apparues en équipe de France. Nos amis danois ont aligné par l’intermédiaire de MissSweden le Pacte du Chaos ou des Vampires, ce qui ne l’a pas empêché de réaliser une excellente performance.

DSCN1730_zps4a669f20

Monsieur Chaos Pact, le danois MissSweden !

En fonction des règlements, des formats, des coachs, de l’orientation que prend l’équipe, il est probable que tous les ans la composition soit différente. Pour l’anecdote, jamais les huit rosters les plus utilisés n’ont été alignés ensemble la même année.

Quelques données chiffrées

total-apparitions-rosters

Sur les 24 rosters existants, 15 d’entre eux ont été retenus par les coachs de l’équipe de France. Il est probable que ce nombre évolue dans les années à venir avec des équipes au potentiel très intéressant (Bas-Fonds, Chaos, Nurgle, Pacte du Chaos, Slanns, Vampires) et des règlements favorables à ces rosters impopulaires au championnat d’Europe.

Rosters 2003-2006

Période faste pour les Humains qui n’apparaissent plus en équipe de France depuis près de dix ans … Les Elfes Sylvains n’avaient clairement pas leur cote actuelle au sein de la communauté au début des années 2000.

Rosters 2008-2010

Apparition des Hommes-Lézards sur le tard. Le cinq majeur Amazones – Elfes Sylvains – Morts-Vivants – Nains – Orques ne manque aucun rendez-vous.

rosters-2012-2016

Les Nains et Skavens ont disparu de la circulation, tandis que les Elfes Noirs, les Hommes-Lézards et les Nains du Chaos gagnent du terrain. On note également le retour des Nécromantiques, absents depuis plusieurs années mais très en vogue grâce aux tiers.

Weekend de cohésion : demandez le programme !

Weekend 1

J-3 avant le premier weekend de cohésion de l’année qui a pour but de souder les membres de l’équipe France et de les entraîner pour pallier à un maximum de situations délicates le jour J. Deux temps lors de ce séminaire, en témoigne le programme ci-dessous :

  • vendredi 26 février : accueil des coachs, repas, soirée jeux de société
  • samedi 27 février : entraînement
  • dimanche 28 février : Aplocalypse Bowl II

La journée du samedi se composera de deux activités, l’une collective le matin et l’autre individuelle l’après-midi. Plus de détails ci-après.

Samedi matin : situations commentées en deux contre deux

Le but de ces situations est de réfléchir en binôme sur les placements optimaux de chaque figurine, de définir les objectifs du tour, les actions prioritaires, les contingences, d’anticiper les prochains tours …

Les binômes seront les suivants : Bouzzy & Sebotouno (Hommes-Lézards), BudWiser & Zahiko (Elfes Noirs), Chavrouze51 & Simon_ACP (rosters lourds) et Gros Nain & Harti (rosters lourds).

Débriefing puis pause repas avant de reprendre sur de l’entraînement spécifique et individualisé.

Briefing.jpg

Samedi après-midi : mises en situation (attaque, défense, sous-nombre)

Cet atelier consiste à réduire ses faiblesses dans un domaine particulier, dont le coach a conscience et souhaite « travailler ». Les trois secteurs d’amélioration concernent l’attaque, la défense et la gestion du sous-nombre. Plus d’informations sur le PDF disponible en bas de page. Encore une fois, l’objectif est de laisser le moins de place possible au hasard et d’être en mesure de s’adapter au plus grand nombre de situations.

Débriefing à nouveau puis repas, avec les spécialités culinaires régionales ramenées par chacun. On sait déjà que Bouzzy nous fera goûter ses produits de la terre, Justicium prévoit des rillons, Simon_ACP (bières belges) et Zahiko (calva) ne nous laisserons pas mourir de soif !

A noter la présence de Bourpif qui réserve de belles surprises dans les jours à venir pour la communauté !

Dimanche : Aplocalypse Bowl II

Pour sa seconde édition, le tournoi organisé par l’AJSM compte près de 30 inscrits dont 9 sont membres de l’équipe de France. L’occasion idéale pour ces derniers de mettre en application les enseignements de la veille ! Le tenant du titre Justicium ne pourra être présent pour défendre son titre, il y aura donc quoi qu’il arrive un vainqueur inédit !

Le programme : Présentation WE EDF1

La sélection, une histoire de tendances

549773edflogofinal

Depuis 2003 et sa fondation par Longshot, l’équipe de France de Blood Bowl a évolué sur de nombreux points dont un en particulier, celui de la représentativité des ligues par les coachs la composant.

Il est intéressant de constater qu’au fur et à mesure des années qui passent, la communauté s’est renforcée de nouvelles associations et joueurs talentueux. Si depuis trois éditions un trio Turone – Pilous – Sock’s semble occuper le devant de la scène, cela n’a pas toujours été le cas par le passé.

La capitale au pouvoir

Tout part d’un homme, le parisien Longshot. Il participe dès 2002 à son premier tournoi NAF et n’hésite pas à aller défendre les couleurs de ses Elfes Sylvains hors de l’Hexagone. Il n’en faut pas plus pour qu’il se décide à monter la première équipe de France de Blood Bowl pour l’Eurobowl 2003 à Amsterdam. La communauté française en est à ses balbutiements et c’est naturellement que le néo-capitaine se tourne vers des parisiens qu’il a pu côtoyer ainsi que deux joueurs de l’est du pays, trois rouennais, un toulousain et un tourangeau. Ironie du sort, pour la première des deux fois dans l’histoire du championnat d’Europe, la France est représentée par deux équipes, et c’est la seconde emmenée par le toulousain Mistery qui l’emporte.

En 2004, deux équipes françaises participent également, et on retrouve à nouveau une cohorte de parisiens (FBB, Lutèce, Noobz, Sock’s) mais également des provinciaux (Azes, GBL, Metz, NDC). Le succès n’est pas au rendez-vous et le seul coach français à repartir avec un prix est Kadu-C, alors mercenaire pour la Belgique, qui remporte le Cul d’Or de la compétition …

LOGO LUT7CE CUP

Fournisseur officiel d’internationaux !

L’édition 2005 se déroule à Birmingham et la France n’est présente qu’avec une seule équipe composée de six parisiens (Fondu, Longshot, Louis X, Pedro, Sladmortis, Trambi), le rouennais White et deux sudistes (Lizardcore, Nicodaz). La Lutèce est désormais bien établie et offre un vivier solide de coachs pour l’équipe nationale. Sixièmes, les Bleus n’ont pas pu rééditer l’exploit de 2003.

En 2006, la province conserve deux représentants (Jarjarus, Nicodaz) mais la capitale est une nouvelle fois présente en force (Eddie, Fondu, Longshot, Trambi, Vincekiller, ZeBoss). L’Italie ne sera pas favorable aux Bleus qui terminent à la huitième place sur douze participants.

La Coupe du Monde 2007, premier tournant

Les Azes toulousains sont sacrés champions du monde à Nottingham à l’automne 2007. Le capitaine Longshot s’appuie donc sur Jeff et Knox et des nouveaux qui montent comme Slanesh17, Titouch et Willem pour l’Eurobowl 2008. Les lutéciens Pedro et Sladmortis sont de l’aventure barcelonaise qui se solde par une brillante seconde place à quelques encablures des italiens.

Azes

Les Azes à jamais les premiers champions du monde !

En 2009, un nouveau capitaine fait son apparition. Avec trois sélections au compteur au moment de sa nomination, Nicodaz base son équipe sur les champions du monde Azes et retient cinq toulousains (Boeufy, Jeff, Knox, Marco Gianni, Mistery) dans l’équipe qui ira à Bologne. Deux nouveaux découvrent les joies du l’Eurobowl, le lyonnais Buldogr et le lutécien Darktroll. Un seul parisien en équipe nationale, une première ! Nicodaz mène ses hommes sur la troisième marche du podium pendant que Darktroll est élu MVP de la compétition.

Changement notable en 2010 lors de l’édition française, l’apparition d’un sélectionneur non-joueur à la tête de l’équipe. Kadu-C construit son effectif avec une ossature Lutèce Noobz (Darktroll, Knox, Sladmortis, Titouch), conserve Jeff et lance trois nouveaux dans la bataille : le lutécien Buck’s, le « suisse » Elyoukey et le condatien Khelby. Le résultat n’est pas au rendez-vous mais la formule du sélectionneur a convaincu la communauté.

En 2011, pas de championnat d’Europe puisque c’est une année de Coupe du Monde. Si les français ne conservent pas le titre, les Lutèce Noobz prennent la troisième place finale. Les tenants du titre toulousains se classent huitièmes. Deux équipes éclatent au grand jour lors de la compétition et vont devenir un réservoir à coachs pour l’équipe de France : les Pilous d’Agen (4ème) et les parisiens de la  Sock’s (5ème).

Membre de l’édition 2010, Buck’s change de costume et endosse le rôle de sélectionneur. Il réalise un savant mélange entre les deux puissances dominantes du Blood Bowl français : les Azes (FXIII, Jeff, Nicodaz) et les Noobz (Darktroll, Knox, Titouch). Il renouvelle sa confiance à Elyoukey et lance Bloody dans le grand bain. L’osmose est parfaite et l’équipe est sacrée championne d’Europe 2012 à Copenhague !

121021080758713408

Champions d’Europe !

Turone – Pilous – Sock’s : le trio qui monte

Buck’s est réélu en 2013 par la communauté pour aller défendre le titre en Autriche. Les Pilous rentrent dans la danse (Galmor, Matt le fou) tout comme la Sock’s (Harti). Champion de France 2012, BiBi est retenu en compagnie du Chevalier du Pow Nathaniël. Enfin, les cadres Elyoukey, Knox et Titouch sont à nouveau de l’aventure. Ils ne conservent pas le titre, l’Eurobowl étant remporté par l’Angleterre, mais finissent malgré tout à une excellente seconde place.

En 2014, le Pilou Galmor succède au canard national à la tête de la sélection et axe ses choix sur deux ligues qui sont présentes sur le devant de la scène française : les Pilous (BudWiser, Matt le fou) et la Turone Cup (Justicium, Karaak). Le MLF Simon est retenu pour la première fois sous la tunique bleue tandis que BiBi, Harti et Titouch font figures de cadres de l’équipe. Une nouvelle fois les français prennent la seconde place derrière les anglais.

team-france

Team France, je bande !

La coupe du monde italienne confirmera l’avènement des Pilous qui montent sur la troisième marche du podium. La Turone place ses deux équipes dans le top 10 tout comme les Azes. La communauté française réalise une performance remarquable à Lucca en trustant de nombreux prix.

L’année 2016 voit la nomination d’un nouveau sélectionneur, le Turon Karaak. Il s’appuie sur les ligues dominantes de l’Hexagone (championnat de France des Ligues et Coupe du Monde) et retient deux Pilous (Bouzzy, Matt le fou), deux Turons (Gros Nain, Justicium), deux Sock’s (Harti, Zahiko), l’ACP Simon et le montagnard BiBi. L’équipe Europen est composée de cette base TPS avec la présence de BudWiser, Chavrouze et Sebotouno.

Trois tendances se dégagent donc dans l’ossature de la sélection française depuis 2003. A chaque fois, des événements majeurs (Coupes du Monde, Championnats de France, nouveau capitaine/sélectionneur) ont marqué de véritables tournants dans la constitution des équipes.

Essentiellement parisienne (Lutèce, Sock’s) jusqu’en 2006, l’équipe s’orientera ensuite sur une base Azes – Noobz de 2007 à 2012. Depuis l’édition viennoise, le trio Pilous – Sock’s – Turone est représenté en grande majorité. Les capitaines/sélectionneurs ont toujours fait confiance aux tendances du moment et à la bonne dynamique des ligues françaises. A l’instar des équipes nationales dans le sport professionnel, l’équipe de France de Blood Bowl ne semble pas échapper à ce fonctionnement.

Ligues et regroupements de joueurs représentés

selections-total-edf

Évolution de la représentativité des ligues par périodes

2003-2006

2007-2012

2013-2016

Pour les statistiques, certains coachs ont été « arbitrairement » rattachés à une ligue dans le cas d’une double affiliation (ex : Knox appartient aux Lutèce Noobz et non aux Azes).

Reste désormais à savoir si les choix du sélectionneur pour l’édition 2016 seront les bons afin de ramener en France le trophée qui fuit les Bleus depuis 2012 …

Örebro, kesako ?

12696085_10208677580407477_954776556_n (1)

La Suède a obtenu en 2014 à Ostende le droit d’organiser l’Eurobowl 2016. Cette nation est récente à l’échelle du Blood Bowl puisqu’elle ne participe au championnat d’Europe que depuis 2012 lors de l’édition organisée par leurs voisins danois.

Une nation qui monte

Sans briller, la Suède a toujours terminé entre la 7ème et 9ème place lors de ses trois participations, ce qui est honorable vu le niveau de la compétition. Symbole de la bonne dynamique actuelle de cette nation sur le plan bloodbowlistique, la 15ème place finale de la Swedish Blood Bowl Alliance lors de la dernière Coupe du Monde (sur 152 équipes participantes).

Si les suédois ne comptent pas de « stars » sur le circuit mondial, à l’instar de Jimjimany ou Spartako, quelques joueurs sortent du lot. On retrouve notamment Dragons (Morts-Vivants, 242.01), invaincu lors de la Coupe du Monde (5/4/0) et très solide lors des trois derniers Eurobowls (7/8/4). Deuxième joueur à se distinguer, Ozt (Nordiques, 237.7), moins en réussite lors des championnats d’Europe (6/7/6) mais néanmoins à ne pas prendre à la légère. Il y a fort à parier que ces joueurs auront à cœur de briller à domicile.

Örebro et son château

Moins médiatique que la capitale Stockholm ou les villes de Göteborg et Malmö, la ville hôte d’Örebro est la septième ville du pays en nombre d’habitants. Son attraction principale, le château, est le lieu retenu par les organisateurs pour le déroulement de la compétition.

874719-le-chateau-d-orebro

Concernant l’accès au tournoi, Örebro possède son propre aéroport mais il n’est malheureusement pas desservi directement depuis la France. Il existe en revanche de nombreux vols pour les aéroports de Stockholm. Il est ensuite relativement simple de rejoindre la ville de l’Eurobowl par bus ou en train.

L’équipe de France espère voir en octobre prochain de nombreux coachs français dans cette quête de la troisième étoile !